mercredi, octobre 5, 2022

L'économie d'accord, l'écologie d'abord

AccueilSociétéGouvernanceLa légitimité plus influente que la crédibilité en matière d’action politique?

La légitimité plus influente que la crédibilité en matière d’action politique?

Quand il s’agit de prendre des mesures en matière de développement durable, qu’est-ce qui compte le plus pour les décideurs : la crédibilité des connaissances, leur légitimité ou leur importance ? En prenant l’exemple de la protection des services écosystémiques, des chercheurs ont montré que la légitimité des connaissances – le fait qu’elles résultent d’un processus inclusif et neutre – était le facteur le plus important pour influencer positivement la prise de décision.

Il est toujours étonnant, pour qui est au fait des dégradations écologiques et des bénéfices qu’il y a à conserver l’environnement intact, de constater que la protection de la nature reçoit si peu d’attention et d’actions concrètes de la part de nos gouvernants. S’il y a beaucoup de raisons qui expliquent cette absence d’action politique pro-écologique (pression de la croissance économique, dictature de l’échéancier électoral, complexité de la situation, manque de conscientisation, indigence, etc.), la perception des connaissances par les décideurs est également un facteur à considérer.

Grâce à une approche empirique et un cadre conceptuel approprié, les chercheurs [1] ont évalué quantitativement l’impact de trois critères caractérisant les connaissances scientifiques sur les décisions politiques en matière de services écosystémiques : leur crédibilité, leur importance et leur légitimité. La crédibilité se réfère à des connaissances techniques ou scientifiques dignes de confiance établies par des experts, l’importance se rapporte à la pertinence des connaissances pour le processus de prise de décision, tandis que la légitimité considère le fait que les connaissances sont produites selon un processus qui prend en compte le point de vue des différents intervenants sans parti pris.

Alors qu’on aurait pu penser que la crédibilité des connaissances et se serait avérée cruciale, elle semble en fait ne pas avoir d’impact significatif sur le processus de décision, pas plus d’ailleurs que n’en a l’importance qu’ont ces  connaissances. Au contraire, la légitimité de laquelle sont issues les connaissances semble avoir un fort impact sur la prise de décision.

Cette étude remet en question le rôle de l’expert dans le processus décisionnel. Elle suggère que l’expertise seule ne suffit peut-être pas, ou pas toujours, pour inciter les décideurs à agir. Il ne s’agirait donc pas forcément d’un problème lié au transfert des connaissances du chercheur au décideur. Comme l’indiquent les auteurs, cette étude peut très probablement s’étendre à l’ensemble des problèmes écologiques auxquels les sociétés sont confrontées (pollution, changements climatiques, etc.). Ainsi, si les chercheurs veulent que les résultats de leurs recherches trouvent écho auprès des décideurs, il serait avantageux qu’ils participent avec les différentes parties-prenantes et les décideurs à un processus transparent d’établissement des connaissances. Par suite, les gouvernements auraient intérêt à promouvoir ce type de démarches participatives.

Référence

[1] Posner et coll. Policy impacts of ecosystem services knowledge, Proceedings of the National Academy of Science of the USA 113 (2016) 1760 http://www.pnas.org/content/113/7/1760

RELATED ARTICLES

2 Commentaires

  1. Dois-je comprendre que « légitimité » signifie que la connaissance sera basée sur des diverses opinions subjectives ne reposant pas sur la science, où tous et chacun pourrait mettre son grain de sel?

    • Merci de votre commentaire. Je n’ai sans doute pas tous les éléments pour vous répondre, tout au moins en ce qui concerne cet article. Je suppose que pour les auteurs les opinions pourraient ne pas être totalement basées sur la science, mais aussi sur des préoccupations ou des intérêts différents. Il peut s’agir d’intérêt de différents groupes mais aussi de diverses préoccupations (sociale, économique ou écologique). Si la science est indispensable dans la majeure partie (tous ?) les processus décisionnels (et c’est un scientifique qui parle), d’autres critères, tout aussi réfléchis eux aussi, peuvent et doivent être considérés. La science n’est pas infaillible. À tout le moins, toutes les disciplines, autant en nature et technologie qu’en sciences humaines et sociales, doivent être prises en compte. Mais la science ne peut répondre à toutes les questions, de sorte que les décisions doivent être prise de manière collégiale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il-vous-plaît entrez votre commentaire !
S'il-vous-plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Commentaires récents