Atmosphère

Phénomènes de l'atmosphère, son état et sa dégradation, notamment les changements climatiques et le trou de la couche d'ozone.

Biodiversité

Espèces de la nature, leur état et leur disparition du fait des activités humaines, notamment la biodiversité et les services écosystémiques.

Océans

Mers et océans, leur état et leur dégradation, notamment leur acidification et leur réchauffement.

Économie

Rôle de l'économie dans le développement, économie verte, découplage, décroissance et expériences industrielles inspirantes

Réflexions

Empreinte écologique de l'humanité, viabilité de la société, nature de l'être humain et les raisons de son inaction.

Accueil » Gouvernance

Copenhague : cibles de réduction des émissions de carbone des nations

Soumis par sur 2012/09/08 – 18:54

Logo COP15Suivant les décisions prises lors de la dernière Conférence des Parties COP15 du 18 décembre 2009 (voir la description et le texte de l’accord et le bilan que l’on peut en tirer), les signataires (27 pays) devaient donner leurs cibles de réductions des gaz à effet de serre (GES) au 31 janvier 2010. Finalement, ce sont 55 pays qui se sont ralliés à l’accord de Copenhague à date. Dans des lettres adressées à Yvo de Boer, le secrétaire exécutif de la Convention sur les Changements Climatiques, les pays développés (pays dits de l’Annexe 1) ont donné des cibles de réduction et les pays en développement ont donnés des mesures de réduction. À noter que plusieurs pays qui ne font pas partie de l’Annexe 1, ont donné des cibles de réductions, et qu’elles sont plus ambitieuses que celles du Canada.

Notons la grande hétérogénéité dans l’année de référence choisie par les différents pays développés. Il faut également noter que les pays les plus ambitieux en matière de réduction (Union Européenne et Japon par exemple) mettent comme condition à la mise en application de leurs intentions que tous les pays ayant une économie puissante fassent le même effort (on vise notamment le Canada, les États-Unis et l’Australie). Certains pays (par exemple le Lichtenstein) pense même réduire encore davantage leurs émissions si tous les pays développés participent également au processus de réduction. Il est donc extrêmement important que tous les pays de l’Annexe 1 s’engagent sur des cibles équivalentes et justes pour tous afin de ne pas réfréner les bonnes intentions et gâcher les négociations. Dans sa lettre, la Nouvelle-Zélande demande en plus la création d’un marché international du carbone (toutes les lettres d’intention peuvent être lues sur le site de l’ONU).

Voir les cibles et les mesures de réductions sur le site de l’ONU :

Communiqué de presse de l’ONUCibles des pays de l’annexe 1Cibles ou mesures des pays ne faisant pas partie de l’annexe 1

Parmi les pays de l’Annexe 1, les cibles sont les suivantes :

  • Australie : de – 5% jusqu’à – 15-25% par rapport à 2000
  • Canada : – 17% par rapport à 2005
  • L’Union Européenne : – 20-30% par rapport à 1990
  • Japon : – 25% par rapport à 1990
  • Nouvelle-Zélande : – 10-20% par rapport à 1990
  • Norvège : – 30-40% par rapport à 1990
  • Fédération de Russie : – 15-25% par rapport à 1990
  • États-Unis d’Amérique : – 17% par rapport à 2005

Parmi les pays ne faisant pas partie de l’Annexe 1 :

  • Afrique du Sud : – 34% par rapport « au rythme des émissions actuelles »*
  • Chine : – 40-45% par rapport à 2005
  • Corée : – 20% par rapport « au rythme des émissions actuelles »
  • Inde : – 20-25% par rapport à 2005
  • Indonésie : – 26-41% par rapport « au rythme des émissions actuelles »
  • Mexique : – 30% par rapport « au rythme des émissions actuelles »
  • Les autres pays donnent les mesures qu’ils comptent prendre dans le secteur énergétique, des transports, etc. pour réduire leurs émissions, avec parfois des estimations de quantité de réduction de CO2 (Gabon, Maroc par exemple)

Le processus de négociations reprendra à Bonn en Allemagne à la fin du mois de mai 2010. Certains pays ont même émis le souhait que le calendrier soit modifié pour accélérer les négociations.

* par rapport au « business-as-usual scenario », c’est-à-dire à un scénario qui considère les émissions actuelles d’un pays et leur rythme d’accroissement si rien n’est fait.

 

Laisser un commentaire

Add your comment below. You can also subscribe to these comments via RSS

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar