Atmosphère

Phénomènes de l'atmosphère, son état et sa dégradation, notamment les changements climatiques et le trou de la couche d'ozone.

Biodiversité

Espèces de la nature, leur état et leur disparition du fait des activités humaines, notamment la biodiversité et les services écosystémiques.

Océans

Mers et océans, leur état et leur dégradation, notamment leur acidification et leur réchauffement.

Économie

Rôle de l'économie dans le développement, économie verte, découplage, décroissance et expériences industrielles inspirantes

Réflexions

Empreinte écologique de l'humanité, viabilité de la société, nature de l'être humain et les raisons de son inaction.

Accueil » Réflexions

Une brève histoire de la croissance démographique mondiale

Soumis par sur 2012/12/19 – 19:14 4 Commentaires

Les activités humaines épuisent la planète et modifient son fonctionnement. Ces transformations sont aggravées par la taille de la population mondiale qui a augmenté de façon continue depuis l’apparition de l’Homo sapiens et qui, malgré certaines irrégularités au cours des âges, dépasse maintenant sept milliards d’âmes. La croissance démographique a été particulièrement rapide au cours XXe et en ce XXIe siècle, mais le taux de croissance commence à diminuer.

Les temps préhistoriques

On évalue qu’il y a trois millions d’années, alors que la lignée des hominidés venait d’apparaître, les premiers humains sur la Terre représentaient environ 100 000 individus. De telles estimations sont basées sur la répartition de la population à cette époque et sur la densité populationnelle de peuples de culture similaire. En ces temps reculés, il semble que la démographie dépendît principalement des variations climatiques et de l’étendue du territoire habité.1 Vers -70 000 avant J.C. se côtoient les Homo sapiens, les hommes de Neandertal et les hommes de Java, mais les deux derniers disparaissent. Vers -50 000 avant J. C., alors qu’Homo sapiens s’étend sur tous les continents, la population mondiale peut avoir atteint 1,5 millions d’individus. Il a 40 000 ans, des innovations techniques telles que la sagaie, le harpon, l’arc et les flèches, améliorent les prises à la chasse et à la pêche, ce qui fait grimper le peuplement à environ 5 millions d’habitants, et ce en quelques 20 000 ans. Par la suite, la population augmente peu et semble avoir fluctuée au rythme des variations climatiques jusqu’à la Révolution Néolithique, il y a environ 10 000 ans.1

De la Révolution néolithique à la Révolution industrielle

À partir de ce moment décisif en effet, l’agriculture, l’élevage, la sédentarité, la navigation et la céramique assurent une alimentation plus constante et plus foisonnante, réduisant la mortalité. La population augmente alors significativement (figure ci-dessous) et compte environ 100 millions d’âmes vers -2000. Après un maximum de 250 millions d’habitants atteint au 1er siècle avant J.C., ce nombre aurait diminué à environ 200 millions à la fin de l’antiquité, pour remonter au cours du Moyen-Âge et se situer à environ 500 millions, soit un demi-milliard, à la fin du XVe siècle. Les guerres, la nourriture limitée et les famines, les maladies et épidémies (peste, choléra, typhus) limitent encore l’accroissement de la population terrienne. Jusque vers 1700, le nombre d’humains augmente toujours lentement, mais progressivement, et peine à atteindre 700 millions. La barre du milliard d’habitants sur la Terre est néanmoins atteinte au début du XIXe siècle (vers 1825).

Croissance démographique -10000 - 2010

Évolution de la démographie mondiale (en millions d’habitants) en fonction du temps entre -10 000 et aujourd’hui. 1,2 À gauche : échelle logarithmique des populations ; à droite : échelle linéaire. Les valeurs sont des estimations et avant 1800 de notre ère doivent être prises à titre indicatif. Cette courbe montre une augmentation continue de la population mondiale et un accroissement extrêmement rapide au cours du XIXe et XXe siècle et qui se poursuit au XXIe. Le détail des données correspondant à cette dernière période est représenté plus bas.

Dynamique des populations dans les pays qui s’industrialisent

Depuis les débuts de l’humanité, le régime démographique était généralement caractérisé par un taux de mortalité et un taux de natalité élevés qui s’équilibraient presque, avec un léger avantage pour le dernier. Avec l’arrivée de la Révolution industrielle, un nouveau régime se met en place, un régime dans lequel les pays qui se développent voient leur natalité et leur mortalité devenir faibles, mais la transition passe par une augmentation importante, quoique temporaire, de la population. Cette transition et ses 4 étapes distinctives sont schématisées sur la figure ci-dessous. Il faut noter qu’il s’agit ici d’un modèle et que des variations peuvent être observées selon les pays.

Transition démographique industrialisation

Schéma représentant la dynamique des populations au cours une transition démographique modèle d’une société qui s’industrialise, divisée selon ses quatre phases distinctes.

La première phase correspond à la période précédant l’industrialisation qui connait des taux de natalité et de mortalité hauts et proches. Puis, grâce à un apport régulier en nourriture, à l’amélioration de l’hygiène et avec les progrès technologiques, notamment ceux de la médecine, la mortalité diminue (phase 2). La population augmente alors rapidement. Avec l’éducation qui se démocratise, l’augmentation des revenus individuels et les moyens de contraception, les femmes ont moins d’enfants et les ont à des âges plus avancés : la fertilité, soit le nombre d’enfants par femme, baisse, et donc aussi le taux de natalité (phase 3). Après avoir atteint un maximum, la croissance démographique diminue alors jusqu’à entrer dans la phase 4 où les taux de natalité et de mortalité sont faibles. Si les deux s’équilibrent parfaitement, la croissance est nulle. Elle peut même parfois être négative si la fertilité est trop basse. L’espérance de vie augmentant, on assiste dans ce contexte au phénomène de vieillissement de la population. La démographie d’un pays développé dépend alors fortement de l’immigration.

La période actuelle

Le processus décrit ci-dessus est précisément celui s’est déroulé dans les pays riches et qui explique l’augmentation rapide de la population mondiale à partir de 1800 (figure ci-dessous). La transition démographique a également commencé à se produire dans plusieurs pays en développement (PED) à partir des années 50 qui ont vu leur mortalité diminuer, ce qui est fort heureux, mais les PED ont vu dans le même temps la pauvreté se répandre. On observe donc à partir des années 50 une accélération extrêmement importante de la croissance démographique, qualifiée d’explosion démographique (figure ci-dessous) : alors qu’il a fallu un siècle pour atteindre 2 milliard (1930) d’humains, il a fallu 30 ans pour atteindre le chiffre 3 milliards (1959), 25 ans pour atteindre 4 milliard (1974), 13 ans pour atteindre 5 milliards (1987) et 12 ans pour atteindre 6 milliards (1999).

Démographie mondiale 1800-2010

Évolution de la démographie entre 1800 (début de la Révolution industrielle) et aujourd’hui.3

L’humanité représente aujourd’hui plus de 7 milliards d’individus. Cette humanité nombreuse combinée à un mode de vie marqué par la surconsommation et le gaspillage a évidemment un coût environnemental très élevé, notamment en termes de consommation d’énergie, d’eau, de biens manufacturés de toutes sortes, d’exploitation du sol pour l’agriculture et d’utilisation du transport. L’humanité, par suite, épuise les ressources, modifie la composition physico-chimique du sol, des rivières, de l’atmosphère et des océans, et détériorent leur fonctionnement. À terme, c’est le fonctionnement global de la Terre qui est à risque, et ainsi l’avenir de l’humanité. L’impact humain existe en effet depuis l’aube de l’humanité, mais il augmente constamment et si rapidement depuis le XXe et XXIe siècle qu’il devient intolérable pour la planète.

Une bonne nouvelle concernant notre empreinte écologique à venir est que depuis les années 2000 le taux d’accroissement de la population ralentit et devrait continuer de le faire à l’avenir comme le montre les prévisions réalisées jusqu’en 2050 (figure ci-dessous). Les pays occidentaux connaissent en effet une croissance démographique faible et un vieillissement de la population, les deux nations qui « vieillissent » le plus étant le Japon et le Québec. Dans le même temps, la natalité des pays émergents commence également à diminuer. On assiste aussi à une immigration importante dans les pays du Nord, notamment aux États-Unis dont la population augmentera encore substantiellement dans les années à venir.

Taux d'accroissement 1950-2050

Évolution de la démographie et taux d’accroissement de la population entre 1950 et 2012 et prévision jusqu’en 2050. La chute qui a lieu en 1960 est due à la Chine qui connaît alors le « Grand Bond en avant » au cours duquel des catastrophes et des pénuries alimentaires réduisent la fertilité et augmentent la mortalité.3

Malgré cette diminution du rythme de la croissance démographique, le nombre de Terriens augmente encore très rapidement car la population est grande, de sorte que même si le taux de natalité est bas, le nombre de naissances annuelles reste élevé. De plus, la pyramide des âges dans les pays du Sud est caractérisée par une large fraction de jeunes hommes et de jeunes femmes qui auront bientôt des enfants, contribuant ainsi à une forte augmentation de la population à l’avenir. Nous devrions ainsi être 8 milliards sur la planète autour de 2025 et 9 milliards au début des années 2040, avec l’impact que cela sous-tend.

Afin de rendre l’humanité viable, il est essentiel de modifier notre mode de vie, mais, comme le mentionnent les scientifiques, ces transformations doivent absolument être accompagnées de politiques démographiques, par exemple un renforcement de l’éducation des femmes et de leur autonomie ainsi que des mesures de planning familial.4

Bibliographie

1 Jean-Noël Biraben, L’évolution du nombre des hommes, Bulletin mensuel d’information (2003) 394 1-4, Institut national d’études démographiques.
2 US Census Bureau
3 Fred MacKenzie, Our changing planet, 4e edition (2011) Prentice Hall, chp. 9.
4 Institut EDS, La dynamique de la population mondiale et les politiques démographique (2012) Compte rendu du Forum sur la science, la technologie et l’innovation pour le développement durable, organisé par le Conseil International pour la Science (ICSU).

Tags: ,

4 Commentaires »

  • Michel dit :

    Vous indiquez « Vers -70 000 avant J.C. (…) la population approche environ 1,5 millions d’individus. »
    Or, l’irruption du volcan de Toba, il y à 73.000 ans, a fait chuter la population à 15.000 individus environ.

    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Goulet_d%27%C3%A9tranglement_de_population

    • Merci de ce commentaire. Vous avez raison, la date de-70 0000 ans ne correspondait pas à la réalité (ni au contenu de la référence 1. J’ai d’ailleurs actualisé le lien qui était obsolète). J’ai ainsi modifié le texte de cet article afin d’être en adéquation avec cette référence. Je ne connaissais pas cette théorie de la catastrophe de Toba. Merci de me la faire connaître.

  • Claude dit :

    J’ai compris comment la population mondiale a evolue et c’est très important,ms ce qui me choque c’est l’âge que l’on donne a la terre(Le début de l’existence de l’homme) qui n’est pas correct,car selon la bible:L’age de la terre est de 6020 ans.Merci bcp

    • Merci de votre intérêt dans ce site. Je pense que les divergences entre la science et la religion ne sont pas graves et ne doivent pas être prises au pied de la lettre. Elles ne doivent pas remettre en cause les fondements de l’une et de l’autre, car science et religion n’ont pas le même objectif ni le même rôle. La date d’arrivée de l’être humain sur Terre n’est pas évaluée de la même façon par la science et la Bible, et alors ? Pourquoi ne pas considérer la « date » de l’apparition de l’être humain (la « période » devrait-on dire) donnée par la science comme la plus précise et considérer celle donnée par la Bible comme une parabole ? Cela ne dérange en rien ce que la Bible nous enseigne sur l’âme, la morale, la façon dont nous devrions nous comporter avec les autres et l’au-delà. La science a moins le dernier mots sur les sujets sur lesquels la religion nous aident à vivre. Voyez comment l’encyclique du pape François « Laudato si » réconcilie science et foi. Sans le dire, le pape rappelle beaucoup d’informations issues de la science mais il donne dans le même souffle des principes issus de la foi qui pourraient nous aider à sortir de la crise écologique actuelle. Le pape François se comporte en guide, ce que la science ne peut faire, même si elle peut contribuer au débat. En ce sens, l’homme d’église se rapproche du philosophe.

Laisser un commentaire

Add your comment below. You can also subscribe to these comments via RSS

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar