samedi, janvier 28, 2023

Les résultats de la recherche en science de la soutenabilité

AccueilEnvironnementBiodiversitéLes termites limitent le contrecoup des sécheresses sur la forêt tropicale

Les termites limitent le contrecoup des sécheresses sur la forêt tropicale

Les termites ne font probablement pas partie de vos animaux favoris. Ils jouent pourtant des rôles écologiques essentiels pour la santé des sols. Des chercheurs suggèrent qu’ils permettent même aux arbres de la forêt tropicale de mieux traverser les épisodes caniculaires. Cet exemple illustre le fait que pour que les plantes résistent mieux aux effets des changements climatiques, les sols gagnent à être riches en biodiversité.

Avec l’amplification des changements climatiques, les sécheresses risquent d’augmenter en fréquence et en intensité dans certaines régions. Les sécheresses affectent les êtres humains, mais aussi la nature. Parmi les effets possibles, les sécheresses extrêmes peuvent rendre les arbres vulnérables, voire causer leur mort. Les sécheresses peuvent également être préjudiciables au sol, par exemple en l’asséchant, mais aussi en ralentissant la décomposition microbienne, la diffusion des nutriments et l’activité des microorganismes.

Une question restant en suspens est de déterminer si la présence d’invertébrés peut améliorer la réponse des forêts à un stress environnemental. Des chercheurs se sont penchés sur le cas des forêts tropicales en période de stress hydrique et se sont concentrés sur la présence de termites. Ceux-ci jouent en effet un rôle essentiel dans la décomposition de la litière formée par les feuilles et le bois mort. Les termites apparaissent particulièrement intéressants car, étonnamment, leur activité et leur population semble augmenter lors des épisodes de sécheresse.

L’étude s’est déroulée pendant l’épisode El Niño de 2015-2016 dans la forêt tropicale de la partie malaisienne de l’île de Bornéo, un  type d’écosystème riche en termites. Ces insectes se retrouvent plus généralement entre 50° de latitude nord et 45 ° de latitude sud.

Les résultats de l’étude confirment qu’une augmentation de la population et de l’activité des termites a eu lieu pendant cette période. Cette croissance a eu pour conséquence une rétention plus élevée de l’humidité du sol de la forêt, ce qui a permis de mieux diffuser les nutriments à travers le sol lors d’une période difficile. L’activité accrue des termites a également induit une accélération de la décomposition de la litière (par rapport à un sol sans termite) et une meilleure survie des jeunes plants.

Cette étude a permis de documenter la réponse de divers services du sol d’un écosystème forestier lors d’une sécheresse. Les résultats aident à la compréhension de la résilience des forêts en cas de stress. Elle renforce l’idée qu’un sol riche et diversifié est utile à la résilience des plantes qui s’en nourrissent, et qu’aucun des acteurs qui contribuent à la santé de l’humus des sols, bactérie, champignon et insecte, ne doit être négligé.

De manière générale, ce type d’étude devrait nous garder de perturber trop les habitats par nos activités car on n’en imagine pas toujours les conséquences. Perturber le sous-sol notamment peut entraîner des altérations inattendues sur ce qui se passe au-dessus…

Bibliographie

Ashton et coll. Termites mitigate the effects of drought in tropical rainforest, Science 363 (2019) 174 http://science.sciencemag.org/content/363/6423/174

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il-vous-plaît entrez votre commentaire !
S'il-vous-plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Commentaires récents