Atmosphère

Phénomènes de l'atmosphère, son état et sa dégradation, notamment les changements climatiques et le trou de la couche d'ozone.

Biodiversité

Espèces de la nature, leur état et leur disparition du fait des activités humaines, notamment la biodiversité et les services écosystémiques.

Océans

Mers et océans, leur état et leur dégradation, notamment leur acidification et leur réchauffement.

Économie

Rôle de l'économie dans le développement, économie verte, découplage, décroissance et expériences industrielles inspirantes

Réflexions

Empreinte écologique de l'humanité, viabilité de la société, nature de l'être humain et les raisons de son inaction.

Accueil » Manchettes

Chine : l’économie affectée par la pollution?

Soumis par sur 2015/12/10 – 19:08 Un commentaire

On sait que du fait de la pollution, la qualité de l’air des métropoles chinoises se dégrade de plus en plus. Les images l’attestent hélas éloquemment et on se demande quel sera le seuil à partir duquel la population ne tolérera plus une telle dégradation de son air ambiant. Les résidents de Beijing sont exposés à des concentrations en particules nocives qui dépassent largement, et depuis plusieurs années, les normes de santé publique, avec des conséquences dangereuses pour la population. Le 7 décembre dernier, la qualité de l’air était une nouvelle fois critique. La teneur en particules fines aurait atteint de 400 microgrammes par mètre cube (µg/m3) selon les mesures de l’ambassade américaine à Beijing [1], quand l’exposition devrait être inférieure à 25 µg/m3 selon l’OMS.

Vue du smog dans la région de Beijing vue de l'espace

Image de la région de Beijing sous le smog vue de l’espace. À gauche image prise le 14 janvier 2013 (smog intense), à droite image prise le 3 janvier 2013 (smog faible). Source : photo NASA .

Cette journée-là, et pour la première fois, les autorités ont haussé le niveau d’alerte de « orange » à « rouge », le niveau le plus élevé. Il est clair que la mauvaise qualité de l’air aurait mérité une cote d’alerte rouge il y a fort longtemps, mais il ne s’agit pas d’un État standard… En plus de devoir déclarer une qualité de l’air exécrable, l’annonce d’un niveau d’alerte rouge par les responsables semble être aussi un signal destiné à la population générale ainsi qu’aux citoyens mécontents que ce problème de pollution atmosphérique est pris au sérieux [2]…

Pour faire bonne figure, les autorités chinoises ont donc recommandé aux habitants d’éviter de sortir de chez aux ou de faire de l’exercice à l’extérieur, et les écoles sont restées fermées. Mais les autorités ont aussi imposé des mesures exceptionnelles. Non seulement, ont elles limité le transport routier (en imposant la circulation alternée comme cela s’est déjà fait en France par exemple), mais en plus elles se sont vues contraintes d’interrompre des sites de construction ainsi que le fonctionnement de certaines usines dont des centrales au charbon [3]. La nouveauté ici n’est donc pas nécessairement le niveau d’alerte « rouge » mais plutôt les mesures de limitation de l’activité économique qui ont été nécessaires pour tenter de circonscrire la pollution.

On voit ainsi qu’à cause de conditions environnementales compromises, c’est l’économie elle-même, en plus de la santé des individus, qui commence à être directement touchée. Ces répercussions économiques négatives risquent de s’accroître si la situation environnementale ne s’améliore pas. Voilà donc un cas d’espèce qui illustre trop bien le fait que la dégradation écologique peut avoir des conséquences néfastes sur l’économie.

Le gouvernement chinois sait pertinemment qu’il doit freiner de façon très significative le déclin environnemental que sa croissance économique amplifie. Il est à souhaiter qu’elle y parvienne et ce, sans causer de secousses économiques trop intenses. Or, alors que l’économie devrait se renouveler, les mêmes schémas de consommation nuisibles semblent se poursuivre inexorablement. Car en parallèle de ce désastre sanitaire, on assiste en Chine au développement d’un secteur économique qui cherche à tirer profit de la situation en misant sur la vente de masques de protection respiratoire. Le marketing, comble de l’incohérence et de l’absurde, en fait ni plus ni moins que des objets de mode, la société renforçant par là même le mécanisme principal à l’origine de l’étiolement de l’environnement.

Références

[1] Noyés sous la pollution, les Pékinois tentent de s’adapter, AFP, repris sur le site du journal Le Devoir (8 décembre 2015) http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/457460/chine?utm_source=infolettre-2015-12-09&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne
[2] Pollution : Pékin déclenche l’«alerte rouge» face au « smog », Patrick Saint-Paul, Le Figaro http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/08/01003-20151208ARTFIG00034-pollution-pekin-declenche-l-alerte-rouge-face-au-smog.php
[3] Émission RDI Économie du 7 décembre 2015 http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7387589#

Un commentaire »

Laisser un commentaire

Add your comment below. You can also subscribe to these comments via RSS

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar